Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Politique intégrée maritime et littorale

Coûts liés aux questions sanitaires

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 16 juillet 2018
La dégradation sanitaire des eaux marines a pour principales origines un épisode de prolifération d’algues émettrices de toxines (ASP, DSP, PSP), et/ou une contamination aux pathogènes microbiens (bactéries entériques, virus et parasites). • Les coûts inhérents aux questions sanitaires en Manche Est - mer du Nord intègrent, pour ce second cycle, les troubles sanitaires résultant de la présence de phycotoxines, et représentent 16,1% des coûts à l’échelle nationale. • L’importance des coûts de prévention et d’évitement (97,8%) est exclusivement due aux dispositifs mis en oeuvre pour la préservation de la qualité de l’eau via principalement l’assainissement urbain et les pratiques agricoles. • Les coûts de mise en oeuvre de la recherche sont les plus importants de la catégorie des coûts de suivi et d’information (45,9%) et sont similaires aux estimations de 2011. • La part dédiée aux mesures d’atténuation est faible (1,5%) et ne concerne que les coûts de décontamination des coquillages classés en zones B dont l’augmentation (82%) entre 2011 et 2016 résulte d’un accroissement du nombre de sites déclassés et du nombre d’agréments de purification attribués.

Télécharger :