Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Politique intégrée maritime et littorale

Coûts liés au maintien de la biodiversité et de l’intégrité des fonds marins

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 16 juillet 2018
Les coûts liés au maintien de la biodiversité et de l’intégrité des fonds marins se concentrent principalement sur le dispositif de suivi et d’information quelle que soit la sous-région marine étudiée, excepté pour la façade Méditerranée où les montants des mesures d’évitement et de prévention sont un peu plus élevés. Ceci répond au manque persistant de connaissances sur les écosystèmes marins. Le deuxième poste de dépenses concerne les mesures d’évitement et de prévention par le biais principalement des coûts de gestion des aires marines protégées. Cependant, comme mentionné dans la fiche « Protection de l’environnement littoral et marin » (volet « utilisation de nos eaux »), même si le nombre de parcs naturels marins a doublé en France métropolitaine, les effectifs dédiés à leur gestion n’ont pas été multipliés par 2 et le budget par ETP a même diminué de 130k€ à 100k€ par an environ. Ainsi, même si les objectifs en termes de surface couverte par les AMP en métropole sont atteints, les moyens alloués à leur fonctionnement ne semblent pas suivre, posant ainsi la question de l’efficacité du dispositif. Enfin, les coûts d’atténuation restent faibles et majoritairement liés aux démarches volontaires entreprises par le Conservatoire du Littoral. Les mesures de restauration d’écosystèmes dégradés apparaissent encore très peu développées en France métropolitaine malgré les engagements pris par la France en la matière

Télécharger :